INFO COVID-19 : Les livraisons sont assurées. Le service client reste à votre service 7J/7.

Pourquoi un enfant pleure ?

Pourquoi un enfant pleure ?
Les pleurs d’un enfant sont le résultat d’une tension physique ou émotionnelle. Plusieurs spécialistes soulignent en effet les bienfaits d'une bonne crise de larmes sur la santé physique et psychologique de l’enfant. Nous voyons souvent les pleurs comme de la souffrance, pourtant ce sont plutôt un processus qui nous en libère.
Demander à un enfant, garçon ou fille, d'arrêter de pleurer, c’est lui demander de retenir sa souffrance, son chagrin, ou sa tristesse. C’est réprimer et garder pour lui ses sentiments. Ce qui est contraire à notre vision de parent bienveillant/positif.
Toutefois, dans notre société ou à cause de la société, beaucoup de parents disent à leurs enfants d’arrêter de pleurer, surtout les garçons. Pourquoi ? Parce qu’un jour ce petit garçon deviendra un homme et un homme, ça ne pleure pas. Il se doit d'être fort, il ne montre pas ses sentiments de "faiblesse". Alors dès son plus jeune âge, certains disent à leurs fils : « Arrête de pleurer ! Un grand garçon comme toi ça ne pleure pas »
En réalité, il s'agit d'une norme culturelle qui se transmet par le processus de socialisation qui diffère le garçon de la fille, le masculin caractérisé par la force, la virilité et la domination du féminin qui est caractérisé par la faiblesse, la fragilité et la soumission.
Laisser votre enfant pleurer c’est le laisser s’exprimer et soulager sa rage, sa frustration ou son chagrin. De plus, un enfant maitrise beaucoup moins ses émotions qu’un adulte. C’est la raison pour laquelle un enfant de 3 ou 4 ans pleurniche souvent. Même s’il commence à s’exprimer de plus en plus verbalement, il est possible qu’il ne possède pas encore un vocabulaire assez varié pour décrire ce qu’il veut ou ce qu’il ressent. Dans ces cas-là, il est alors nécessaire de le rassurer en nommant son émotion. Un enfant peut également pleurer s’il n’arrive pas capable de faire quelque chose par lui-même. Un tout-petit a un grand désir d’autonomie et peut s’énerver s’il n’y arrive pas tout seul.