INFO COVID-19 : Les livraisons sont assurées. Le service client reste à votre service 7J/7.

Mon enfant mord/frappe : ce qu’il faut faire

Les parents sont naturellement inquiets lorsque leur adorable petit commence à frapper et à mordre d'autres personnes. Pour les enfants de moins de trois ans, frapper et mordre n’est pas réellement une « mauvaise conduite ». Pour un tout-petit frustré, qui a un vocabulaire limité et peu de compétences sociales, prendre une bouchée du bras de maman ou de papa ou frapper un camarade de jeu qui refuse d'abandonner un jouet semble parfaitement logique. Notre travail consiste donc à l’aider à développer ses habitudes sociales, ainsi qu’à lui apprendre à s’exprimer autrement à l'avenir.

Comment réagir ?

Ne pas donner  de fessées, de gifles ou autres sanctions corporelles à un enfant pour avoir lui-même frappé ou mordu quelqu’un. Cela renforce encore plus le fait que frapper est correct et modélise exactement le comportement que vous essayez d'arrêter.

Ne pas punir, car l’objectif devrait être d'aider l'enfant à apprendre de manière positive à gérer ses grandes émotions. Punir l'enfant ou lui dire qu'il est « méchant » ou « pas gentil » ne fait que renforcer son découragement et rendre plus probable une future agression.

Ne vous inquiétez pas des opinions des autres. Quand vous êtes en public, concentrez-vous sur votre enfant, et non sur le regard ou les avis des autres, et ce, tout en étant respectueux envers ceux qui se trouvent à proximité.

Restez calme. Il est compréhensible d'être contrarié lorsque votre tout-petit vous frappe ou frappe un autre enfant, mais vous obtiendrez de meilleurs résultats en restant calme. Lorsque vous vous énervez et que vous élevez la voix, c'est à la fois effrayant pour votre enfant mais il est également difficile pour lui d’entendre ce que vous avez à dire. Il reçoit également une grosse dose d'attention pour un comportement négatif, ce qui risque de le pousser à recommencer.

Utilisez l'empathie et posez des limites. Faites savoir à votre enfant que vous comprenez ses grandes émotions, puis séparez le sentiment du comportement. Dites-lui : « Je sais que tu es en colère/frustré. Mais ce n'est pas bien de frapper/mordre même si on est en colère. »

Calmez votre enfant. Aidez votre enfant à calmer son corps en pratiquant la respiration abdominale, en l'embrassant ou même en chantant une petite chanson - tout ce qui peut l'apaiser. Votre objectif est de lui apprendre qu'elle a le pouvoir de surmonter ses grandes émotions sans s'en prendre aux autres.

Pratiquez des stratégies alternatives. Organisez des jeux de rôle avec des animaux en peluche et encouragez votre enfant à pratiquer ce qu'il peut faire lorsqu'il est frustré, notamment s'éloigner, demander de l'aide ou utiliser ses mots pour dire ce qu'il ressent. Être capable d'utiliser ces stratégies de résolution de conflits dans le feu de l'action ne se fera pas du jour au lendemain, mais les pratiquer dès le plus jeune âge et souvent est la clé.

Ne forcez pas l'enfant à s'excuser. Les « je suis désolé » d'un tout-petit sont rarement sincères. Lorsqu'il est calme, parlez de ce qu'il peut faire pour « redresser les choses » ou « pour que la personne blessée se sente mieux ». Montrez l’exemple en faisant vous-même preuve de gentillesse apprend à votre enfant à assumer la responsabilité de ses actes et à faire preuve d'empathie pour les autres.