INFO COVID-19 : Les livraisons sont assurées. Le service client reste à votre service 7J/7.

Mise au point sur la parentalité positive

Il y a un véritable amalgame qui est fait entre la parentalité positive et le laxisme. Certains pensent qu’être un parent positif/bienveillant c’est céder à toutes les demandes de son enfant et ne poser aucune limite. Pourtant, le fait de ne pas imposer sa volonté à tout prix à l’enfant n’est pas du laxisme. L’idée est de mettre en avant l’autodiscipline que l’enfant est capable de s’imposer. Le rôle de l’adulte se limitera alors à guider et accompagner l’enfant dans ses propres initiatives dans un cadre bien défini.
Mais alors… Si l’éducation positive est si bénéfique pour la parentalité et l’épanouissement de l’enfant, qu’est-ce qui retient certains parents à adopter cette pédagogie ?
Dans notre société, un enfant est dit « bien éduqué » lorsqu’il obéit à ses parents. La méthode traditionnelle d’éducation utilise l’autoritarisme comme une référence. On estime que l’enfant est trop petit pour savoir ce qui est bon pour lui et que c’est le devoir des parents de faire en sorte qu’il devienne un adulte responsable par tous les moyens !
L’erreur que nous faisons le plus souvent est de confondre autorité et pouvoir. L’autoritarisme ne parle que de soumission, ce qui relève du pouvoir et non de l’autorité. On essaie de se faire obéir à tout prix alors on crie sur l’enfant, on le punit, on le fait peur…L’autorité parentale, quant à elle, suppose le respect et la confiance. Les parents prennent la responsabilité de guider son enfant avec respect.
Ce qui angoisse de nombreux parents, et qui les empêche d’accepter les nouvelles méthodes d’éducation dites positives est la perte de contrôle. On pense que si on laisse nos enfants agir selon leurs envies alors ce sera la descente aux enfers : caprices à gogo, crises interminables, désobéissance… un véritable enfant roi !!! Mais surtout... Qu’en diront les autres parents ?