INFO COVID-19 : Les livraisons sont assurées. Le service client reste à votre service 7J/7.

Les effets néfastes des punitions corporelles

Chaque enfant a droit au respect de sa dignité et de son intégrité physique et psychologique. Pourtant, en France, aujourd'hui encore 87% des enfants subissent quotidiennement des pratiques punitives auxquelles les parents ont recours "à titre éducatif".

Pour son bon développement, l’enfant a besoin de vivre un sentiment de sécurité physique et psychologique, surtout auprès de ses parents. Or, le modèle éducatif traditionnel accepte les fessées, les claques, les mots blessants ou humiliants, comme des « outils d’éducation ». Ainsi, lorsqu’il est puni physiquement, l’enfant ressent de l’insécurité. Ces violences éducatives sont destructrices pour le cerveau des enfants.

  1. Les conséquences des punitions corporelles

Dans l’espoir de reprendre le contrôle, ou pour montrer une certaine autorité, beaucoup parents tendus en viennent à frapper leur enfant. Toutefois, secouer, taper ou pincer un enfant ne sont pas des formes de discipline efficaces. D’ailleurs, aucune étude n’a qu’il existait des effets positifs liés aux punitions corporelles. Au contraire, la violence éducative ordinaire freine le bon développement de l'enfant. En effet, il est démontré scientifiquement que le stress et la peur provoqués dans ce genre de situations génèrent de l'adrénaline et du cortisol qui sont des molécules toxiques qui détruisent les neurones.

Lorsque l’enfant reçoit des punitions corporelles, il :

  • croit que les problèmes ne peuvent être réglés que par la violence physique;
  • se juge et pense qu’il n’est pas à la hauteur des attentes de ses parents, ce qui affaiblit son estime de lui-même;
  • accumule en lui de la peur et de la rage, qui risquent de ressortir plus tard ;
  • peut adopter un comportement défensif et être méfiant vis-à-vis des adultes qui l’entourent;
  • pourrait avoir des difficultés plus tard à l’école;
  • a plus de risque de devenir un adulte violent.
  1. Comment éviter de frapper votre enfant?

Rappelez-vous que vous êtes le premier modèle de votre enfant. L’influence que vous exercez sur lui repose avant tout sur la qualité de votre relation avec lui. Une relation basée sur le respect mutuel et sur l’amour pousse l’enfant à se responsabiliser et à avoir une estime de soi positive. Ainsi, si votre but est de pouvoir éduquer votre enfant dans la bienveillance et la positivité, voici quelques astuces qui pourront vous aider :

  • Établir des règles claires et adaptées à son âge, ainsi que des conséquences logiques.
  • Travailler en équipe avec l’autre parent ou l’éducatrice de votre enfant.
  • Répéter les règles souvent
  • Féliciter l’enfant lorsqu’il se comporte bien pour l’encourager à continuer
  • Formulez clairement votre désaccord à votre enfant et n’attendez pas d’être à bout avant de lui dire que son comportement n’est pas acceptable.

Lorsque vous êtes tenté de frapper votre enfant, appliquez la règle des 3 R : « Recule, Respire et Réagis », en vous isolant quelques instants pour prendre du recul et retrouver votre calme.