INFO COVID-19 : Les livraisons sont assurées. Le service client reste à votre service 7J/7.

Les colères émotionnelles

Les professionnelles de la petite enfance décrivent les colères émotionnelles comme un état affectif intense lors de crise. Ces colères affectent autant le corps, qu’elles modifient les pensées. Sous l’effet d’une colère émotionnelle, un jeune enfant n’écoute pas et a encore beaucoup de mal à s’exprimer. Concrètement on peut dire que ses fonctions cognitives ainsi que ses centres langagiers sont totalement incapables de fonctionner sur le moment. Il est donc peu utile de lui demander d’exprimer ce qu’il ressent, il a juste besoin d’être contenu.

Quels sont les facteurs déclencheurs de la colère émotionnelle ?

Il peut y avoir diverses raisons à l’origine des pleurs d’un enfant. C’est à l’adulte de le déterminer et d’y répondre. Le cerveau d’un enfant est encore immature, ce qui fait que face aux stress, il ne peut pas comprendre. Il y a aussi la fatigue qui peut être un facteur pouvant provoquer une crise, l’alimentation également : hyperglycémie, additifs alimentaires...

Accueillir les pleurs avant toute chose

Comment accompagner cet enfant qui est dans un état affectif intensif ? Tout simplement avec un câlin par exemple. Ce contact physique lui permet de se sentir accepté, et ce, de manière totalement inconditionnelle. Selon l’enfant, il devrait toujours y avoir adulte pour s’occuper de lui. Mais de nos jours, certains parents posent des conditions : « Je vais te prendre dans mes bras, mais seulement si tu te calmes». Si vous lui dites cela, votre tout-petit comprendra : « je t’accepte uniquement si tu es tranquille et souriant ». Alors, quand il pique une crise et qu’il pleure, le mieux et de bien le regarder dans les yeux, et de lui parler avec des mots tendres et gentils. L’enfant a besoin d’être rassuré et de savoir que dans les moments de détresse il aura un adulte de l’accepter de façon inconditionnelle et de le consoler.

Comment faire face aux crises de colère?

Quelles que soient les raisons des crises de colère de votre enfant, il existe quelques astuces pour y faire face de manière positive :

Mettre des mots sur son émotion

Si votre première réaction est d’essayer de le raisonner, alors la crise risque de durer encore longtemps, car dans son état du moment, il n’est probablement pas d’humeur à vous écouter. Commencez plutôt par tenter de l’apaiser et de le calmer en nommant son émotion sans trop insister.

Ne rien faire

Cela peut paraître étrange, mais parfois quand l’enfant n’est vraiment pas apte à écouter et à se calmer, alors vous n’aurez qu’à laisser passer la crise sans intervenir. Observez-le de loin afin de vous assurer qu’il ne frappe pas une autre personne et pour assurer sa sécurité. Attendez que la crise soit passée pour discuter avec lui.

Avoir du sang-froid

De grand mot pour dire qu’il est mieux de toujours garder votre calme pendant une crise. Si vous vous emportez alors la situation ne peut que s’aggraver. Les cris et les pleurs se feront plus intenses, en plus, si  vous haussez le ton ou que vous êtes énervé, vous risquez de l’effrayer. Lorsque vous sentez la moutarde montée, éloignez-vous pendant quelques minutes ou respirez profondément pour reprendre le contrôle.

Ne pas céder

Même s’il est très tentant de donner à votre enfant ce qu’il veut quand il fait sa crise en public, rappelez-vous que cela ne fait qu’envoyer un message négatif. En effet, il comprendra que ses accès de colère sont un bon moyen d’obtenir ce qu’il veut.

D’ailleurs, lorsque vous êtes en public, il vaut mieux ne pas se soucier pas de ce que pensent des gens et de leurs regards. Essayez de vous concentrer sur la meilleure manière de faire face à la situation. Faites de votre mieux, car sachez que les parents parfaits n’ont pas d’enfant !