INFO COVID-19 : Les livraisons sont assurées. Le service client reste à votre service 7J/7.

La rentrée scolaire sous le signe de l'appréhension

A quelques jours de la rentrée scolaire, le 1er septembre, les pédiatres sont inquiets. En effet, la France constate ces derniers temps une recrudescence, bien que lente, mais inquiétante, de cas de Covid-19. Une inquiétude qui gagne du terrain dans les rangs des parents, mais aussi chez les professionnels de santé. En particulier les pédiatres qui, face à la persistance de la circulation du virus en France, en plus d’une augmentation significative du nombre de cas dans certaines régions, tirent la sonnette d’alarme dans une lettre ouverte reprise par Le Monde.

  1. Rentrée sous surveillance

« Nous ne pouvons que nous montrer inquiets devant l’organisation de la rentrée telle qu’elle se profile, tant sur le plan de la prévention que sur celui de la prise en charge des enfants ». Les professionnels de la petite enfance réclament des mesures claires afin d’écarter le risque réel d’une propagation du virus dans les établissements scolaires. Le retour à la crèche ou à l’école fait planer une légitime appréhension autant pour les enfants que les adultes qui les encadrent. Il faut donc un strict respect des protocoles sanitaires et un message clair de la conduite à tenir en cas de détection d’un cas de Covid-19 dans l’établissement.

  1. Privilégier les tests salivaires

Dans leur lettre, les pédiatres insistent aussi sur le fait que le test PCR présente quelques inconvénients majeurs en ce qui concerne les enfants. Outre le fait qu’il soit désagréable et répétitif chez l’enfant, et représente donc une source d’anxiété, il ne présente pas un taux de fiabilité optimum. C’est entre autres pour ces raisons que les pédiatres préconisent plus « la mise à disposition de tests de diagnostic rapide du SARS-CoV-2 (notamment salivaires), même moins sensibles, mais permettant de prendre rapidement des décisions pour la majorité des patients, nous parait particulièrement importante en pédiatrie ».

  1. Renforcement des vaccins avant l’hiver

Une autre inquiétude des spécialistes de la petite enfance concerne la vaccination. En effet, les derniers évènements (le de confinement, la peur d’une contamination) ont incité de nombreuses familles à reporter leur rendez-vous chez le pédiatre. Pourtant, il est d’autant primordial aujourd’hui de renforcer des vaccins vu que c’est la période du retour d’autres épidémies saisonnières comme la grippe, par exemple, dont les symptômes peuvent facilement être confondus avec ceux du Covid-19.

  1. Une rentrée particulière

Enfin, la dernière inquiétude de ces professionnels est le risque d’une rentrée quasi « chaotique». Selon eux, « Il sera très difficile d’éviter des épisodes de contamination par le Sars-CoV-2 au sein des collectivités (crèches, écoles…). Il est donc nécessaire de bien définir les mesures à prendre en cas de dépistage d’un enfant ou d’un adulte porteur du Sars-CoV-2 au sein d’une collectivité. »

Ainsi, ils expliquent : « Si des stratégies claires et précises ne sont pas définies, il nous semble que la rentrée scolaire risque d’être chaotique avec des fermetures de classes voire d’écoles non justifiées par des raisons sanitaires ou épidémiologiques, et dans tous les cas fortement délétères pour les enfants et leurs apprentissages. »