INFO COVID-19 : Les livraisons sont assurées. Le service client reste à votre service 7J/7.

La règle des trois minutes pour renforcer le lien avec votre enfant

Vous a-t-on déjà parlé de la règle des « trois minutes » ? Selon les spécialistes de la petite enfance, parmi toutes les périodes que l’on passe à nous occuper de nos enfants, il y a trois minutes qui peuvent s’avérer être les plus importantes de la journée pour eux. Ces quelques minutes permettent de créer une relation de confiance avec nos enfants, et cela, même lorsqu’ils traversent l’adolescence. De ce fait, combien de temps passons-nous réellement avec nos enfants ? Quelle est la bonne quantité ? Beaucoup de parents se posent de telles questions, surtout s’ils travaillent et risquent de ne voir leurs enfants qu’à la fin de la journée, alors qu’ils peuvent être fatigués.

  1. Qu’est-ce que la règle des « trois minutes » ?

Beaucoup d’experts de la petite enfance s’accordent à dire que ce n’est pas la quantité, mais la qualité du temps que vous consacrez à votre enfant qui l’affecte le plus. La règle des « trois minutes » est une manière simple de concilier vos engagements d’adultes avec le bien-être de votre enfant. Elle consiste à traiter votre enfant comme si vous ne l’aviez pas vu depuis longtemps, même si cette séparation n’a duré que 5 minutes, chaque fois que vous le revoyez dans la journée. Ainsi, lorsque vous retrouvez votre enfant après l’école ou en rentrant du marché, il est important de le regarder dans les yeux et de passer trois minutes à le serrer dans vos bras, et de lui consacrer votre pleine attention rien que pour lui. Selon les professionnels, c’est au cours des premières minutes de retrouvailles avec votre enfant que ce dernier évacue pratiquement toutes les informations qui sont enregistrées dans sa mémoire.

  1. Comment appliquer la règle ?

Quand on vous parle de la règle des « trois minutes », cela ne signifie pas que vous n’accordiez que trois minutes, et pas une de plus, à votre enfant par jour. Ce qu’il faut, c’est simplement savoir consacrer trois minutes, lors de vos retrouvailles, pour écouter la chose la plus importante qu’il a à vous dire. Les trois minutes doivent exister dans votre tête, pas dans la sienne. Si votre enfant est au milieu d’une anecdote, ne l’interrompez pas parce qu’il a dépassé la limite arbitraire conseillée.

Voici quelques conseils que vous pouvez utiliser pour améliorer votre relation avec votre enfant :

  • Montrez à votre enfant que vous êtes réellement à l’écoute.
  • Essayez de trouver du temps, hebdomadairement, pour passer un moment ensemble pour faire quelque chose qui vous intéresse tous les deux.
  • N’exagérez pas les émotions. 
  • Évitez les argumentations longues et inutiles.

 

  1. Et si on ne l’appliquait pas ?

Aujourd’hui, beaucoup de parents sont tellement distraits qu’ils n’ont pas conscience qu’ils ne sont pas assez concentrés sur les personnes qui les entourent vraiment. Alors que l’attention apportée à votre entourage est, pour le développement d’une relation adulte-enfant, totalement fondamental. Ainsi, certains parents n’accordent pas assez d’importance à cette règle. Pourtant, l’ignorer peut avoir certaines répercussions sur l’enfant :

  • Les parents courent le risque de passer à côté de moments importants pour l’enfant. En effet, un enfant qui n’a pas l’occasion de raconter à ses parents tout ce qui s’est passé quand il les retrouve gardera pour lui les détails les plus importants. Au fil du temps, certains faits seront négligés, car pas assez importants pour être racontés, et certains moments seront complètement oubliés.
  • Si ce que raconte l’enfant n’est pas considéré, les parents risquent aussi de passer à côté de beaucoup de choses, car ce que raconte l’enfant peut facilement devenir comme un bruit de fond.