INFO COVID-19 : Les livraisons sont assurées. Le service client reste à votre service 7J/7.

La période des 4 ans

C’est une période vraiment difficile, et cela peut être un vrai défi d’appliquer la bienveillance et la fermeté face à cette période que l’on connait sous le nom de « fucking four » (oui c’est le bon terme !)
Comment vous expliquer… en fait, elle est semblable à la période du « terrible two », mais avec des mots en plus et beaucoup d’impertinence. Un peu comme une crise de pré-ado. Cela ressemble à une rébellion, dans cette période des 4 ans tout est sujet à discussion. L'enfant peut remettre en question chacun de vos mots. Il dit « non » à tout et essaye parfois de négocier. Il peut aussi arriver qu’il tape ou lève la main sur ses parents. A cet âge, il a un vocabulaire assez large pour pouvoir manifester son désaccord avec des mots, parfois durs et virulents, ce qui peut être très blessant.
Comment réagir ?
Selon certains experts la première chose à faire est de chercher à comprendre quelles sont les choses qui mettent l’enfant en difficultés dans sa vie. Il s’agit souvent de plusieurs petits éléments intriqués comme une jalousie dans la fratrie par exemple, ou une envie excessive d’attirer l’attention et d’être chouchoutée par ses parents, ou bien des soucis à l’école…
Une fois que vous avez déterminé la source des sautes d’humeur, vous aurez à le rassurer, à le valoriser et à dédramatiser les petits échecs. Avec l’apaisement votre enfant va commencer à s’assouplir.
La seconde chose qu’il faudra faire c’est de lui suggérer d’autres manières défensives plus efficaces, comme la gentillesse, le charme, etc. Ce sont des mécanismes de séduction qui lui permettront de se rendre compte que faire plaisir à l’autre est un meilleur moyen d’obtenir plus de choses que l’agressivité.
Mais en pratique, il faut avouer que c’est moins simple. Il est primordial que vous soyez ferme tout en gardant votre calme, sinon l’enfant essayera toujours d’avoir le dernier mot, là est le défi. Votre réaction face à ses comportements autoritaires est importante, mais ne doit pas être la seule réponse pour autant, car cela pourrait causer d’interminables conflits et pourrait dégrader la relation avec l’enfant.
Les parents doivent décider sans écraser, ne pas céder sans vaincre l’enfant pour autant. Il faut savoir verbaliser votre position, sans se perdre dans des détails et des débats stériles, et laisser l’enfant faire sa colère dans sa chambre, sans le vexer ni l’humilier.
Nos astuces :
1. Poser des limites claires, constantes et cohérentes.
2. Faire respecter ces limites avec une attitude rationnelle plutôt qu’émotive.
3. Offrir plusieurs choix à l’enfant pour développer un sentiment d’autonomie.
4. Lui faire assumer la conséquence de son choix pour le responsabiliser.
5. Donner une conséquence juste et raisonnable lorsque l’enfant ne respecte pas une consigne.
6. L’orienter vers les bons comportements et le valoriser lorsqu’il les met en pratique.
7. Accorder une période d’attention exclusive à l’enfant tous les jours. (un moment de plaisir où cette fois, ce sera lui le maitre du jeu.)