INFO COVID-19 : Les livraisons sont assurées. Le service client reste à votre service 7J/7.

La France de nouveau confiné: les parents s'expriment

Le président l’a confirmé hier soir lors de son allocution : le confinement débutera dès ce jeudi 29 octobre. Mais un point a retenu toute l’attention des parents « les crèches, les écoles, les collèges et lycées resteront ouverts ». Les avis diffèrent, certains s’inquiètent et demandent à ce que la présence à l’école ne soit pas obligatoire. Quant à d’autres, c’est un soulagement.

Un confinement réajusté

Le président Emmanuel Macron a annoncé le mercredi 28 octobre la reprise du confinement, mais avec des adaptations du fait des enseignements tirés de cette période difficile. En effet, selon le chef de l’Etat “Nos enfants ne sauraient être privés d'instruction, d’éducation, de contact avec le système scolaire”. Ainsi, tous les établissements scolaires resteront ouverts durant la période de ce second confinement.

Cette décision est accueillie à bras ouverts par nombre de parents qui ne veulent plus revivre le cauchemar de « l’école à la maison ». Mais une question reste toujours en suspens : est-ce que les établissements scolaires arriveront à suivre de manière stricte le protocole sanitaire renforcé ? En effet, les moyens appliqués auparavant n’ont pas été au rendez-vous pour l’appliquer. Dans ces conditions, l’appréhension de certains parents est compréhensible.

L’inquiétude des parents vulnérables

Evidemment, après les annonces du Président sur le fait de garder les établissements scolaires ouverts, beaucoup ont exprimé leurs craintes. Il s’agit surtout de protéger les enfants et leurs entourages dits « vulnérables ».

« Mon conjoint est une personne vulnérable, à multiples facteurs à risques. Il s’est déjà autoconfiné. Nous avons deux enfants de 9 et 5 ans et nous avons peur de les remettre à l’école et qu’ils ramènent le virus à la maison. Nous espérons au moins avoir la possibilité de les garder chez nous ».

« Je suis une personne vulnérable avec une pathologie cardiaque. Pour moi il faudrait que les conjoints de personnes à risque puissent être confinés aussi ainsi que tous les élèves. Je ne me sens plus en sécurité du tout, je n’ai que 44 ans si on me ramène le Covid à la maison je ne pense pas que je pourrais m’en sortir sans séquelles en plus de celle que je supporte déjà au quotidien. »

Dès la confirmation de la reprise du confinement par le chef de l’Etat, La Voix du Nord a reçu plusieurs témoignages allant en ce sens. Beaucoup de parents, dont plusieurs se qualifiant de vulnérables, demandent à ce que la présence à l’école ne soit pas obligatoire